Self-Boarding : les vertus cachées des portes automatiques

"Mieux d'humain"

26 Décembre 2016

Self-boarding by RESA

L’embarquement automatisé (Self Boarding) se généralise et se démocratise. Malgré les contraintes réglementaires ponctuelles de contrôle documentaire, on finira donc par embarquer dans un avion comme on prend le métro, ce qui ne surprend guère dans un monde de plus en plus « self service ».

Il est plus étonnant de constater que l’objectif initial, à peine voilé, des compagnies aériennes de réduire leurs coûts de personnel au sol, « moins d’humain », s’est transformé en « mieux d’humain ».

Les fondamentaux sont connus : la mise en place de portes automatiques améliore sensiblement la ponctualité des vols grâce à un rythme d’embarquement accéléré, mais leur vertu indirecte est la disponibilité retrouvée des agents qui peuvent enfin s’occuper des passagers à particularité qui en ont un vrai besoin.

Le travail des agents , auparavant répétitif quand il s’agissait de scanner quelques centaines de cartes d’accès à bord en moins de 30 minutes, s’en trouve valorisé et l’on assiste à un revirement : l’accueil favorable, par les salariés des compagnies au sol, d’équipements qui étaient vus comme destructeurs d’emploi.

La plate-forme CUPPS CREWS et son module SELF-BOARDING s’inscrit dans ce mouvement et propose une large palette d’outils de supervision d’embarquement pour permettre aux agents de contrôler à distance le bon déroulement des opérations.